C’est qui, cette nana?

Mes amis m’appellent Kat. Traductrice indépendante, ancienne nomade devenue sédentaire puis reconvertie nomade sédentaire. Je m’explique.

Après avoir passé six années à parcourir le monde, assoiffée que j’étais d’aventure, de découverte, de soleil, de tequila, et de sensations, l’envie m’est venue, il y a dix ans, de revenir à ma base, Bruxelles, pour m’y poser (et m’acheter enfin une (belle) paire de pantoufles).

J’ai alors commencé à pratiquer mon métier et ma passion, la traduction, à mon propre compte (d’accord pour me poser, mais travailler pour un patron et respecter ses horaires et ses humeurs, non merci). Cette liberté me permet de travailler depuis absolument n’importe quel endroit, pourvu que j’aie une connexion à l’Internet (et que le soleil ne tape pas trop fort sur mon ordinateur, sans quoi je n’arrive plus à lire mon écran – j’en profite pour lancer un appel aux ingénieurs: à quand le filtre spécial pour écran d’ordinateur pour permettre aux âmes errantes telles que moi de travailler confortablement en terrasse ou sur la plage!??).

Image

Bref. Quand j’ai entendu parler de cette nouvelle façon de voyager, de ces échanges de maisons, mon sang n’a fait qu’un tour et quelques semaines plus tard, j’étais en route pour un séjour de trois semaines à Valencia – olé! L’occasion de pratiquer mon espagnol (hola, qué tal? Vamos a la playa?), de refaire connaissance avec la culture locale (que des avantages pour mon métier!) et de travailler mon bronzage (très important que le traducteur affiche une bonne mine devant ses clients).

Mes journées n’étaient pas désagréables: une petite horchata, spécialité locale, le matin (un délice!!!), au bar du coin, suivie de quelques heures de traduction et d’une énorme paella déjeuner léger. Ensuite, chaleur oblige, repos (sur la plage, de préférence. Tous les traducteurs vous le diront: il est très important d’être bien reposé si l’on veut bien traduire). Une fois bien reposée, je pouvais me remettre à la traduction. Durant mon temps libre, j’allais me balader et visiter la ville. Mes clients étaient ravis – et moi aussi.

Mes échangeurs espagnols ont adoré Bruxelles (et mon merveilleux appartement, bien sûr). D’autres échanges ont bien vite suivi: un loft dans le centre de Milan

Image

Paris, plusieurs fois (les Parisiens adorent notre belle ville de Bruxelles), Morges, en Suisse, au bord du Lac Léman

Image

Puis vint une proposition impossible à refuser: un magnifique appartement avec une terrasse de 70 m2 face à la Méditerranée.

Image

(Oui, c’est moi, en pleine méditation devant la Méditerranée.)

Ce jeune couple d’Espagnols souhaitait passer une semaine à Bruxelles. J’ai dû réfléchir… 4 secondes et demi avant d’accepter leur proposition. Un séjour inoubliable! Enfin, il y a eu Blauzac. Aaaah, Blauzac… un charmant petit village non loin d’Uzes, dans le Sud de la France. Un séjour à la fois culturel

Image

et sportif…

Image

D’autres échanges sont en préparation, que je vous raconterai en direct dans les semaines et les mois à venir.

A bientôt et si vous hésitez à échanger votre maison ou votre appartement, écrivez-moi, je saurai vous convaincre!

Publicités

Un commentaire

Laissez un (gentil) commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s